vendredi 11 août 2017

La nostalgie

Comment font-ils
ceux
n’ayant jamais
connu
l’incertitude étrange du
rivage
le vent qui siffle entre les
haubans
la voile d’avant gonflée à
craquer
l’écume d’ivoire qui glisse sur le
pont
soudain dans le noir l’éclair
fauve
l’amarre à peine tournée que le sommeil
tombe
la côte aussi vite oubliée qu’elle a été
quittée
dans un songe délicieusement limpide et
salé
oui comment font-ils
ceux
n’ayant que terre dans le fond de la
tête
pour être

nostalgiques

1 commentaire:

  1. Pour l'amoureux de la mer, la vision sur un quai de granit d'un vieux cordage, bien lové, brillant de cristaux de sel. Sur un pont de teck, la musique inimitable de la voile craquante, claquante. Sur la peau brûlante, la surprise soudaine d'une éclaboussure de vague. Oui, qui n'a pas connu la voile, les grains, les peurs et les joies de la mer, et entrevu ses mystères, ne connaît pas la nostalgie dont tu parles très bien. Bises ! Cécile.

    RépondreSupprimer